Le Verdon (33): Ils dénoncent la fermeture de la brigade des douanes

Le Verdon (33): Ils dénoncent la fermeture de la brigade des douanes

1721424_7299090_800x400La direction interrégionale s’apprête à fermer la brigade du Verdon. La CGT dénonce le « détricotage » des services publics.

À l’heure où le Grand Port Maritime de Bordeaux annonce une revitalisationprochaine de l’avant-port du Verdon, est-il cohérent de fermer totalement les services de la douane du Verdon ? Ils sont déjà réduits à « une peau de chagrin » selon les propos de Jacques Bidalun, le maire de la commune, qui s’avoue impuissant à plaider leur maintien en l’état actuel du trafic portuaire, inexistant. Mais cette suppression reste « impensable car aberrante », selon Christophe Larroudé et Luc Agez, deux représentants du syndicat CGT Douane qui sont « descendus » mardi 28 octobre au Verdon pour soutenir leurs deux collègues restant en poste. La Douane appartient au ministère du budget et des finances.

« Un désert douanier »

Sur la trentaine de familles de douaniers qui, dans les années 70, participaient à la vie de la commune, demeurent uniquement aujourd’hui un chef de poste et un agent de constatation principal de 1re classe de la brigade terrestre. Disparues au fil des années la brigade mobile, la brigade maritime, la recette des douanes.

En 2005 déjà, la menace de suppression de toute activité douanière avait été repoussée par l’action des syndicats, du sénateur Xavier Pintat et du député Jean-François Régère. Mais c’était sans compter sur le non-renouvellement des agents (il en restait six) partis à la retraite et des moyens qui se dégradent. Le 28 novembre se jouera le sort des deux derniers avec une fermeture programmée le 1er janvier 2015.

« Depuis plusieurs mois, nous avons adressé des courriers à Alain Juppé, le maire de Bordeaux, et Pascale Got, la députée du Médoc. Ils sont restés sans réponse à ce jour » s’inquiètent les délégués CGT. « Il semblerait que l’on s’achemine vers une prolongation de quelques mois mais la situation devient d’une précarité extrême. Au-delà du problème humain des deux agents, nous sommes préoccupés par l’insécurité annoncée du désert douanier qui menace le Médoc et donc Bordeaux » disent-ils.

Leur devoir de réserve

Rappelons que les douaniers sont chargés de quelque 400 missions (contrôles routiers, de carburant, de contrefaçons, visas Schengen, mouvements de vins, etc.) et disposent de pouvoirs importants. « Malheureusement, comme au Verdon, ils souffrent de leur discrétion et de leur devoir de réserve. Si par exemple, il leur arrive de réaliser une « prise » de stupéfiants – c’est fréquent – l’affaire est instruite par les gendarmes, seuls habilités à communiquer. La fermeture de la Douane suscite donc peu de réactions », regrettent les délégués syndicaux. Lesquels préviennent que « les risques de contrebande et d’immigration existent et vont s’accentuer avec les promesses de revitalisation du port de commerce. Le Verdon possède un port maritime, un port de plaisance, une zone franche. »

Actuellement les deux agents sont utilisés en simple appui techniques dans le cadre de la MAP (Modernisation de l’action publique). En fait, pour le syndicat, un détricotage continu des services publics en zone rurale. « Mais nous nous battrons jusqu’au bout », promettent-ils.

L’inquiétude du maire

Le maire Jacques Bidalun, après avoir pris connaissance de la suppression de la BSE du Verdon, a transmis un courrier au directeur interrégional, Jean-Roald L’Hermitte. « La suppression inscrite dans votre projet stratégique et due aux faibles résultats d’activité […]. Par contre, je vous invitais à me donner des garanties écrites par lesquelles la direction des Douanes s’engageait à réinstaller une action douane sur la commune si le port industriel retrouvait une activité […]. » Réponse du directeur : « Je vous confirme mon intention de supprimer cette unité sachant que les brigades d’Arcachon et de Bassens seront toujours susceptibles d’intervenir […] Je vous confirme que si le port industriel retrouvait une forte activité, les services douaniers seront en mesure d’en suivre le développement, d’en accompagner la gestion et d’en contrôler les flux. »

Source: http://www.sudouest.fr/2014/10/31/ils-denoncent-la-fermeture-de-la-brigade-1721424-2955.php

happy wheels 2

No Comments

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :